VOYAGES
0



Notre exil à Dénia - PAGE "Nos bilans "
Le point sur notre exil du 01 novembre 2018
Il est temps maintenant de dresser un premier bilan sur ce long séjour en Espagne après tout juste un mois d’exil.
Notre appartement : les 80 mètres carrés de surface habitable sont bien agencés et nous conviennent parfaitement. Il faut dire que les 3 terrasses ont été des lieux privilégiés ou nous avons passé le plus de temps, que cela soit pour prendre nos repas ou pour nos expositions au soleil encore présent en cette période. Par la suite, il nous faudra être vigilant car l’humidité relative due à la proximité de la mer, nécessitera de faire fonctionner le chauffage électrique et ici le prix de l’électricité est légèrement supérieur à celui de la France.
Du côté des commodités, nous ne manquons de rien si ce n’est peut-être que d’un pèse personnes afin de contrôler l’évolution de notre poids, compte tenu de l’honneur que nous faisons à la gastronomie locale ! Il ne nous est pas apparu primordial de faire des recherches afin de nous connecter aux chaines télévisées françaises dès notre arrivée. Et puis, au fil des jours, nous avons organisé notre vie sans le petit écran. Du coup, nous consacrons plus de temps à la discussion et apprécions d’écouter de la musique en mangeant. Le soir nous regardons quelque fois un film à la demande sur notre tablette. Plus de publicité polluant notre existence et pour les informations, nous utilisons les réseaux sociaux sur lesquels nous piochons çà et là. Au final, nous en savons autant que sur les chaines télévisées françaises quelquefois pas très objectives et nous ne sommes plus contraints de respecter le moindre horaire. Voilà un mode de vie appréciable et reposant !
Nos activités : durant les 15 premiers jours de notre séjour, nous avons goûté au plaisir de la plage distante d’un kilomètre à peine et de la piscine de notre résidence. Les visites des marchés régionaux ont également fait partie de nos activités et nous ont permis de faire connaissance avec les produits locaux. Mais « l’activité » qui nous a le plus séduit fut incontestablement les séances d’exposition au soleil sur terrasse. Personnellement, j’étais loin de me douter que cela me ferait autant de bien. Dans le domaine physique et sportif, Hélène a effectué 6 sorties VTT de 25 kilomètres sur la « via verde » en appréciant les paysages la sécurité et le grand air. Pour ma part, j’ai réalisé 650 kilomètres de vélo sur les routes de l’arrière-pays qui m’ont permis de découvrir des lieux improbables. J’ai également apprécié le comportement des automobilistes respectant le dépassement des cyclistes avec les 1,5 mètres obligatoires.
La ville : Dénia est appréciée pour sa tranquillité par les retraités européens et c’est l’une des raisons de notre choix de destination. C’est une ville où l’on se sent en sécurité. La criminalité y est quasiment inexistante selon les renseignements que nous avons eus. Pourtant Dénia est aussi une ville festive ! C’est d’ailleurs la ville qui compte le plus grand nombre de fêtes parmi toutes les villes d’Espagne. Tout est prétexte à « la fiesta », et il n’est pas rare de se retrouver dans une fête improvisée ou devant un spectacle de rue dans le centre historique. Cette ambiance chaleureuse engendre quelques tumultes bien légitimes et au final rassure. Bref, cette ville n’a pas fini de nous étonner et c’est tant mieux !

Notre intégration : nous nous étions inscrits à des cours d’espagnol (Castillan) il y a une quinzaine de jours et nous n’avons pas encore été contactés. Le rythme espagnol sans doute, nous commençons à le prendre en considération ! Hélène en est à son second cours de Flamenco et il faut dire que les appréciations de Rebecca, professeur de danse, sont plutôt encourageantes. En effet, l’apprentissage se faisant visuellement car le débit d’élocution de la danseuse ne permet de comprendre qu’une partie réduite des consignes. La barrière de la langue reste, malgré nos efforts, un sujet handicapant pour toutes nos démarches mais la population espagnole reste serviable et souriante.

Notre bilan : parmi les raisons qui justifiaient notre projet d’exile, figurait en premier lieu la recherche de chaleur et de soleil. Du côté de la chaleur, nous sommes dans les clous même si cette année est une année exceptionnellement mauvaise au dire de la population de Dénia. Côté lumière et ensoleillement, notre appartement en Lorraine se situant en lisière de forêt, il n’y a pas photo et Dieu sait si le soleil a un effet bénéfique sur le moral ! L’élément numéro deux de notre projet d’exil était la douceur de vivre que nous avions constaté lors de nos 3 séjours de prospection à Dénia. Là, on est dans un autre monde ! On ne s’énerve pas, ce qui parait en totale contradiction compte tenue du tempérament espagnol. On vit en toute sécurité même la nuit dans les quartiers délaissés de la ville. Enfin, on rit on fête et… on avance doucement !

Concernant le coût de la vie voici ce que l’on a constaté : carburant : moins cher, nourriture : légèrement moins cher car Dénia est une ville touristique avant tout (nous essaierons d’autres villes de l’arrière-pays pour nous ravitailler pour les mois prochains), électricité : légèrement plus cher, restaurants : là encore il vaut mieux s’éloigner du centre-ville pour trouver des repas bien moins chers que chez nous. Le cadre de vie dont nous profitons du haut de nos terrasses ; mer d’un côté et montagne de l’autre, nous apaise dans les moments de doute. Voilà, malgré le froid relatif qui a fait son apparition, nous restons très enthousiastes pour la suite de cet exil. Nous remercions nos enfants qui nous soutiennent dans notre démarche et vous tous qui nous lisez depuis notre arrivée en Espagne. A Bientôt !
Le point sur notre exil du 01 mars 2019
Notre appartement : nous avons appris à nos dépends, que les locations hors saison étaient le point essentiel pour un exil réussi. En effet, les mois pour lesquels nous avons opté de vivre à Dénia, c’est-à-dire d’octobre à mai, affichent durant décembre, janvier et février des températures pouvant descendre jusqu’à 3 ou 4° la nuit. Vous me direz que, comparativement à la Lorraine il n’y a pas de quoi se plaindre. Néanmoins, suivant le type de location que vous prenez cela peut devenir un problème. En effet, une grande partie des locations que l’on vous propose ici sont destinées aux mois les plus chauds et ne comportent pas d’isolation ni de moyen de chauffage adapté. Les températures fraîches des nuits et l’humidité importante et quasi permanente qui règnent ici nécessitent un minimum d’aménagements pour y vivre l’hiver. L’une des habitations que nous avons occupée n’a pas été à la hauteur de nos espérances. Les températures intérieures ont oscillé entre 15 et 17°. Les chauffages d’appoint n’ont pas suffi à réchauffer cette habitation ce qui a engendré un certain mal-être. De plus, la rupture de contrat que nous avons subi sous prétexte d’un différend familial de la propriétaire, était selon nous abusif. Nous avons appris il y a quelques jours, qu’une licence émanant de la communauté autonome de Valencia appelée « Vivienda de uso turístico » (Licence de Location de Vacances) était nécessaire pour le loueur et garantissait la qualité des locations saisonnières espagnoles. Nous serons donc vigilant à l’avenir et exigerons cette licence avant de signer un nouveau contrat.
La météo : un soleil présent 9 jours sur 10 ainsi que des températures comprises entre 18 et 22° au soleil en journée nous ont permis de petit déjeuner et déjeuner sur la terrasse depuis début janvier. Seuls les nombreux vents présents dans la région sont venus perturber quelque peu certaines journées mais il est vrai qu’à partir de mars la douceur de vivre que nous avions appréciée lors de nos prospections, change grandement la donne. La fraîcheur relative constatée durant décembre, janvier et février et l’humidité importante due à la proximité de la mer et du Mongtó, rendent parfois notre vie de retraités – exilés temporaires, plus compliquée.
Nos activités : nous avons mis entre parenthèse nos sorties découverte dans les environs de Dénia, mais notre liste des lieux à visiter est encore conséquente avec notamment la ville de Calpe, la palmeraie d'Elche et l’ile de Formentera. Nous n’avons pas encore mis en pratique les randonnées pédestres même si les possibilités sont très nombreuses ici. Le Montgó qui nous fait face, nous défie pourtant tous les jours mais nous impressionne encore un peu ! Nos sorties cyclistes restent notre principale activité et ont l’avantage de pouvoir se pratiquer toute l’année. Nos connaissances des routes, voies vertes et autres chemins à travers les orangers, nous encouragent à enfourcher nos montures 2 à 3 fois par semaine. De plus, ma rencontre avec un groupe de cyclistes francophones m’a permis d’explorer des endroits cachés. Quelques bains de soleil ont été possible certaines après-midis.
La ville : Dénia est à la hauteur de sa réputation de ville la plus festive d’Espagne et nous a offert depuis le début de l’année la fête des rois mages, la bénédiction des animaux, la mi-année de la fête des Maures et des Chrétiens, la route des Tapas et tout dernièrement le concours international de cuisine créative aux crevettes rouges qui est le produit phare de la ville. Le restaurant local « Samaruc » a obtenu la 3ème place de ce concours qui rassemblait huit finalistes. L’établissement « Miranda de Ebro » de la province de Burgos, remporte ce concours avec sa recette de la « crevette rouge au citron ». Les 17,18 et 19 mars prochains débuteront « Les Fallas », l’une des plus importantes manifestations de l’année.
Notre intégration : nous n’avons pas poursuivi notre étude de la langue mais échangeons volontiers avec les espagnols. Quelques rappels dans nos livres d’apprentissage sont nécessaires pour maintenir notre niveau de débutant mais suffisent au bon déroulement de notre exil. Hélène poursuit ses cours de flamenco (sevillana) et fait maintenant partie du groupe de l’association « Casa Andalucia » de Dénia. Nous avons nos connaissances sur le marché parmi les vendeurs locaux.
Notre bilan : les mois d’octobre et de novembre, qui marquèrent notre début d’exil espagnol, furent incontestablement très encourageants. Nous avons éprouvé beaucoup de plaisir à nous intégrer sur cette terre d’accueil et à passer du statut de touriste à celui de résident temporaire. Décembre, janvier et février furent indéniablement plus difficile à vivre en majeur partie à cause d’un lieu d’habitation pas adapté à une location hivernale. Dans ces conditions, tout ce qui nous avait paru agréable semblait plus lointain et l’attente de chaleur nous a paru très long. On peut ainsi estimer que les températures de 10° la nuit et de 18° la journée qui sévissent depuis début mars, nous ont redonné cette sensation de douceur de vivre dont nous étions devenus friands. De ce fait, les 3 derniers mois qui nous attendent vont, sans aucun doute, nous apporter tout ce dont nous souhaitions pour notre retraite ; soleil, chaleur douceur de vivre et le sourire des espagnols. Il est à noter cependant, que 3 retours en Lorraine auront été nécessaires au terme de ce séjour prolongé.
 
 
NAVIGATION
Par ordre chronologique
Par rubriques
Par récits
Méditation du 1 er octobre 2018 Visite du village fantôme « El Greco » du 08 novembre 2018
Préoccupation du 07 octobre 2018 Sorties vélo dans la « Marina Alta » du 10 novembre 2018
Installation du 08 octobre 2018 Visite de Xalò du 15 novembre 2018
Intégration du 11 octobre 2018 Dénia et son histoire du 23 novembre 2018
Alimentation du 12 octobre 2018 Visite du « Cap San Antonio » du 24 novembre 2018
Acclimatation du 16 octobre 2018 La fête des rois mages du 14 janvier 2019
Cuisine & gastronomie locale du 19 octobre 2018 Visite du marché artisanal de Jesús Pobre du 13 Janvier 2019
Présentation de Dénia du 23 octobre 2018 Une journée ordinaire - le 19 Janvier 2019
Sortie vélo du 25 octobre 2018 Bénédiction des animaux du 20 Janvier 2019
Présentation du Port de Dénia du 27 octobre 2018 V’là l’Printemps ! du 25 Janvier 2019
Sortie vélo du 28 octobre 2018 La mi-année des Maures et des Chrétiens du 23 février 2019
Le point sur notre exil du 01 novembre 2018 Le point sur notre exil du 01 mars 2019
Cuisine & gastronomie locale du 29 octobre 2018 Ballade à L’ermitage du « Pare Père » du 06 mars 2019
Visite de la « Torre del Gerro » du 07 novembre 2018  
 

Réalisation: www.studio6t.fr - 2019 - Tous droits réservés