VOYAGES
0


Notre exil à Dénia - PAGE 04
Cuisine & gastronomie locale du 29 octobre 2018
Comme nous vous l’avions relaté lors de notre dernier compte rendu du 19 octobre consacré à la cuisine et à la gastronomie locale, la ville de Dénia organise une opération nommée « Route des Tapas » à laquelle participent 40 restaurants de la municipalité du 19 /10 au 18 /11/2018. Ils proposent ainsi la tapas de leur création pour 3 € avec un verre de vin ou de bière. Chaque dégustateur pourra noter la tapas proposée sur  3 critères ; dégustation, créativité, service. A l’issue de cette opération, des récompenses seront attribuées au restaurateur vainqueur ainsi qu’aux personnes ayant participé à cette 13ème « Ruta de Tapas ». Après 15 établissements testés pour cette opération, nous avons été séduits par le restaurant « Ami Gournet » pour sa création « Explosion Marina ». Thon et gambas grillés sur un cylindre de pomme de terre aux saveurs de la mer …. Tout un programme. Nous avons donné la note maximale pour les 3 critères de notation pour cette réalisation. Le restaurant « La Cuina de Pepa » a également retenu notre attention avec un mini burger aux saveurs épicées. Au cours de nos dégustations, nous avons rencontrés de très nombreuses personnes qui suivaient la même « Ruta » que nous tout cela dans une ambiance chaleureuse malgré des températures moins estivales qu’à notre arrivée. D’autres établissements nous ont proposé des créations originales comme ce ravioli de queue de bœuf, champignons et crème de patate que nous avons aimé. L’aspect découverte d’établissements, souvent minuscules, a largement contribué au charme de cette opération. Souvent, nos estimations se sont révélées identiques, mais il est arrivé qu’Hélène et moi n’avions pas le même point de vue sur les créations proposées. Certaines tapas n’ont obtenu aucun points sur les 3 critères de notation pour chacun de nous deux, mais notre curiosité nous a fait cheminer dans Dénia souvent très tard dans la soirée. Nous comptons faire encore de belles découvertes avant le 18 novembre et remettrons nos carnets de notation à l’office du tourisme de la ville pour le dépouillement de l’opération.
Inspirée par ces dégustations, Hélène s’est lancée dans ses propres créations de tapas. Elle a ainsi soumis à mon approbation une tapas de « Morcilla » (boudin noir séché aromatisé aux épices et à la cannelle) sur un canapé d’houmous (purée de pois chiches) et pain grillé, ainsi que ces gambas grillées au riz de Pego, poivrons et gingembre. Produits du terroir naturellement et note maximum bien sûr !
Le point sur notre exil du 01 novembre 2018
Il est temps maintenant de dresser un premier bilan sur ce long séjour en Espagne après tout juste un mois d’exil.
Notre appartement : les 80 mètres carrés de surface habitable sont bien agencés et nous conviennent parfaitement. Il faut dire que les 3 terrasses ont été des lieux privilégiés ou nous avons passé le plus de temps, que cela soit pour prendre nos repas ou pour nos expositions au soleil encore présent en cette période. Par la suite, il nous faudra être vigilant car l’humidité relative due à la proximité de la mer, nécessitera de faire fonctionner le chauffage électrique et ici le prix de l’électricité est légèrement supérieur à celui de la France.
Du côté des commodités, nous ne manquons de rien si ce n’est peut-être que d’un pèse personnes afin de contrôler l’évolution de notre poids, compte tenu de l’honneur que nous faisons à la gastronomie locale ! Il ne nous est pas apparu primordial de faire des recherches afin de nous connecter aux chaines télévisées françaises dès notre arrivée. Et puis, au fil des jours, nous avons organisé notre vie sans le petit écran. Du coup, nous consacrons plus de temps à la discussion et apprécions d’écouter de la musique en mangeant. Le soir nous regardons quelque fois un film à la demande sur notre tablette. Plus de publicité polluant notre existence et pour les informations, nous utilisons les réseaux sociaux sur lesquels nous piochons çà et là. Au final, nous en savons autant que sur les chaines télévisées françaises quelquefois pas très objectives et nous ne sommes plus contraints de respecter le moindre horaire. Voilà un mode de vie appréciable et reposant !
Nos activités : durant les 15 premiers jours de notre séjour, nous avons goûté au plaisir de la plage distante d’un kilomètre à peine et de la piscine de notre résidence. Les visites des marchés régionaux ont également fait partie de nos activités et nous ont permis de faire connaissance avec les produits locaux. Mais « l’activité » qui nous a le plus séduit fut incontestablement les séances d’exposition au soleil sur terrasse. Personnellement, j’étais loin de me douter que cela me ferait autant de bien. Dans le domaine physique et sportif, Hélène a effectué 6 sorties VTT de 25 kilomètres sur la « via verde » en appréciant les paysages la sécurité et le grand air. Pour ma part, j’ai réalisé 650 kilomètres de vélo sur les routes de l’arrière-pays qui m’ont permis de découvrir des lieux improbables. J’ai également apprécié le comportement des automobilistes respectant le dépassement des cyclistes avec les 1,5 mètres obligatoires.
La ville : Dénia est appréciée pour sa tranquillité par les retraités européens et c’est l’une des raisons de notre choix de destination. C’est une ville où l’on se sent en sécurité. La criminalité y est quasiment inexistante selon les renseignements que nous avons eus. Pourtant Dénia est aussi une ville festive ! C’est d’ailleurs la ville qui compte le plus grand nombre de fêtes parmi toutes les villes d’Espagne. Tout est prétexte à « la fiesta », et il n’est pas rare de se retrouver dans une fête improvisée ou devant un spectacle de rue dans le centre historique. Cette ambiance chaleureuse engendre quelques tumultes bien légitimes et au final rassure. Bref, cette ville n’a pas fini de nous étonner et c’est tant mieux !

Notre intégration : nous nous étions inscrits à des cours d’espagnol (Castillan) il y a une quinzaine de jours et nous n’avons pas encore été contactés. Le rythme espagnol sans doute, nous commençons à le prendre en considération ! Hélène en est à son second cours de Flamenco et il faut dire que les appréciations de Rebecca, professeur de danse, sont plutôt encourageantes. En effet, l’apprentissage se faisant visuellement car le débit d’élocution de la danseuse ne permet de comprendre qu’une partie réduite des consignes. La barrière de la langue reste, malgré nos efforts, un sujet handicapant pour toutes nos démarches mais la population espagnole reste serviable et souriante.

Notre bilan : parmi les raisons qui justifiaient notre projet d’exile, figurait en premier lieu la recherche de chaleur et de soleil. Du côté de la chaleur, nous sommes dans les clous même si cette année est une année exceptionnellement mauvaise au dire de la population de Dénia. Côté lumière et ensoleillement, notre appartement en Lorraine se situant en lisière de forêt, il n’y a pas photo et Dieu sait si le soleil a un effet bénéfique sur le moral ! L’élément numéro deux de notre projet d’exil était la douceur de vivre que nous avions constaté lors de nos 3 séjours de prospection à Dénia. Là, on est dans un autre monde ! On ne s’énerve pas, ce qui parait en totale contradiction compte tenue du tempérament espagnol. On vit en toute sécurité même la nuit dans les quartiers délaissés de la ville. Enfin, on rit on fête et… on avance doucement !

Concernant le coût de la vie voici ce que l’on a constaté : carburant : moins cher, nourriture : légèrement moins cher car Dénia est une ville touristique avant tout (nous essaierons d’autres villes de l’arrière-pays pour nous ravitailler pour les mois prochains), électricité : légèrement plus cher, restaurants : là encore il vaut mieux s’éloigner du centre-ville pour trouver des repas bien moins chers que chez nous. Le cadre de vie dont nous profitons du haut de nos terrasses ; mer d’un côté et montagne de l’autre, nous apaise dans les moments de doute. Voilà, malgré le froid relatif qui a fait son apparition, nous restons très enthousiastes pour la suite de cet exil. Nous remercions nos enfants qui nous soutiennent dans notre démarche et vous tous qui nous lisez depuis notre arrivée en Espagne. A Bientôt !
Sortie vélo du 28 octobre 2018
 Il me faut vous faire part d’un changement radical de température sur Dénia et ses environs. En effet, il y a quelques jours encore, j’effectuais en votre compagnie, une sortie à vélo dans l’arrière-pays par une température de 27°. Aujourd’hui, ce n’est plus le cas. Un épisode de « Gota fria » (goutte d’air froid) plonge la région dans une ambiance quelque peu « hivernale ».
La sortie du jour se fera donc avec un équipement cycliste a dapté en ayant une pensée pour les cyclistes lorrains qui souffrent en ce moment. Bien entendu, les températures ne sont pas comparables à celles de la Lorraine et je me contente volontiers de me 14° pour cette sortie. Il faut dire que comme sur les régions côtières espagnoles de la méditerranée, de nombreux vents évoluent et soumettent le littoral à de brusques changements météorologiques. Ainsi, ici se succèdent le Leveche, le Poniente, le Levante et le Garbí avec des rafales plus importantes à partir du mois de novembre. Cette année l’épisode est plus présent compte tenu de l’été exceptionnel qui a sévit un peu partout. Je vous avais fait part de la présence de rizières dans le Parc Naturel du Marjal de Pego-Oliva. Après avoir franchi la côte de « Monte Pego », la vue est révélatrice. On y distingue une partie du parc et la côte de « Nova Dénia » en arrière-plan. Cet espace était à l’origine un ancien golfe protégé par une barrière de sable. Le marais s’étire sur neuf kilomètres de long et il est traversé par un grand nombre de canaux. Les eaux du marais abritent des espèces animales, poissons dont le samarugo qui est une sorte de carpe, tortues, et il est classée en zone de protection spéciale d'oiseaux. Le riz qu’on y cultive (Bomba de Pego) est idéal pour les paellas traditionnelles et autres plats de riz typiques de la région. C'est l'une des zones humides les plus importantes d’Espagne pour sa beauté naturelle entre les montagnes et la mer, et pour sa faune et sa flore rares.
Au fil des kilomètres, je traverse de nombreuses plantations : oranges, mandarines, citrons, olives et même un champ de grenades ! La sortie se termine sous le soleil et 18°. Le soir, les couleurs du ciel me laissent présager d’un nouvel épisode météorologique mais lequel ?
Par ordre chronologique
Par rubriques
Par récits
Méditation du 1 er octobre 2018 Visite du village fantôme « El Greco » du 08 novembre 2018
Préoccupation du 07 octobre 2018 Sorties vélo dans la « Marina Alta » du 10 novembre 2018
Installation du 08 octobre 2018 Visite de Xalò du 15 novembre 2018
Intégration du 11 octobre 2018 Dénia et son histoire du 23 novembre 2018
Alimentation du 12 octobre 2018 Visite du « Cap San Antonio » du 24 novembre 2018
Acclimatation du 16 octobre 2018 La fête des rois mages du 14 janvier 2019
Cuisine & gastronomie locale du 19 octobre 2018 Visite du marché artisanal de Jesús Pobre du 13 Janvier 2019
Présentation de Dénia du 23 octobre 2018 Une journée ordinaire - le 19 Janvier 2019
Sortie vélo du 25 octobre 2018 Bénédiction des animaux du 20 Janvier 2019
Présentation du Port de Dénia du 27 octobre 2018 V’là l’Printemps ! du 25 Janvier 2019
Sortie vélo du 28 octobre 2018 La mi-année des Maures et des Chrétiens du 23 février 2019
Le point sur notre exil du 01 novembre 2018 Le point sur notre exil du 01 mars 2019
Cuisine & gastronomie locale du 29 octobre 2018 Ballade à L’ermitage du « Pare Père » du 06 mars 2019
Visite de la « Torre del Gerro » du 07 novembre 2018  

Réalisation: www.studio6t.fr - 2019 - Tous droits réservés